Le secteur aéroportuaire à Paris reste fortement impacté

Le 21.04.2021

Le secteur aéroportuaire à Paris reste fortement impacté

Des difficultés persistantes

Du mois d’avril à juin 2020, le transport aérien a été mis à l’arrêt dût aux mesures strictes de confinement et la fermeture des frontières pour éviter la propagation de la COVID-19.

Aéroports de Paris revoit ses prévisions à la baisse avec le trafic qui a reculé de 63,2% en mars 2021 par rapport à mars 2020 avec 1,32 millions de passagers. Le trafic de Paris aéroport est en baisse de -69,4% en 2020 par rapport à 2019, avec 33,1 millions de passagers accueillis, contre 108 millions de passagers l’an passé. Mais, le trafic est aussi en baisse de 84,7% par rapport à mars 2019.

Les résultats annuels 2020 du Groupe ADP montrent que le chiffre d’affaires consolidé est en baisse de -54,5% à 2,14 milliards d'€ en raison de la pandémie de Covid-19 et l’EBITDA (earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization) est positif à + 168 millions d’euros (à cause de la baisse du chiffre d’affaires).

Avec la crise sanitaire, ADP a perdu plus de 2,5 milliards d’euros et donc le gestionnaire des aéroports parisiens envisage un plan de suppression d’emplois. Le comité social et économique veut réaliser de 10% à 15% d’économies grâce à la baisse de la masse salariale. Les actionnaires en souffrent aussi car ils n’auront pas de dividende.

Les prévisions à court terme ?

Le groupe ADP explique que le trafic pourrait revenir au niveau atteint en 2019 à la fin de la période comprise entre 2024 et 2027.

Sources :