Les transports électriques omniprésents dans nos grandes villes

Le 28.04.2021

Pollution, effets sonores, stress, perte de temps, voici le quotidien de beaucoup d’habitants de métropoles françaises. Depuis un peu moins d’une dizaine d’année se sont développés dans nos villes de nouveaux moyens de déplacements durables. Trottinettes et vélos électriques circulent de façon verte et durable sur nos routes.


Les stars de nos grandes villes

Les trottinettes électriques libre service

La trottinette électrique est devenue au fil de ces dernières années un quotidien pour un grand nombre de français. Popularisée depuis un peu moins de 10ans dans les grandes villes, elle est pour beaucoup un moyen de transport rapide et écologique. Cependant, l’aspect durable est remis en cause. La maintenance des trottinettes électriques ainsi que leur fabrication, l'aluminium pour le cadre et le lithium pour la batterie, seraient plus voraces en énergie que les solutions ferroviaires. En juillet 2020, 15000 trottinettes électriques étaient mises à disposition des parisiens, de quoi faciliter la disponibilité des engins.
De plus, la maniabilité est également un point à prendre en compte. La trottinette électrique est plus légère qu’un vélo, moins encombrante et donc plus facile à transporter. Satisfaisant pour les utilisateurs de pouvoir rouler à l’air libre sans peur d’embouteillage, même un dimanche de rentrée à 19h et se garer où l’on veut. Elle présente à elle seule la possibilité d’utiliser les trajets piétons, mais aussi automobiles (en prenant soin de bien respecter le code de la route), pour une vitesse maximale moyenne de 25km/h. Un véhicule de 17 kg transportant une personne semble prometteur sur le plan environnemental, notamment lorsqu'on le compare à la voiture, un monstre de 1 300 kg transportant à peine plus de passagers !
Pourtant, très vite, ces nouveaux engins ont créé des conflits entre usagers de l'espace public, devenant l'objet de nombreuses critiques : accidentogènes, ne dépassant pas les 28 jours de durée de vie en moyenne, polluantes… Les pouvoirs publics ont réagi plus ou moins vigoureusement, allant jusqu'à interdire les trottinettes dans certaines villes, à l'image de Barcelone. Reste un dernier aspect, essentiel : l'impact de ces véhicules en matière d'émissions de gaz à effet de serre. Les trottinettes sont-elles (aussi) néfastes pour le climat ?

Pour le vélo électrique, ça roule !

Le vélo « manuel » que l’on connait, avec le besoin de devoir pédaler pour avancer a évoluer et s’est rendu électrique et tendance depuis quelques années notamment dans les grandes villes françaises où il est en libre service. Ce moyen de transport représente de nombreux avantages pour leurs utilisateurs. Le vélo électrique est un vélo pratique et doté de plusieurs fonctionnalités. Lorsque vous l’utilisez, vous ne ressentez aucune fatigue, car son moteur et sa batterie vous assistent lors de vos déplacements. Les parisiens sollicitent de plus en plus ce moyen de transport économique et écologique. En novembre 2018, 11000 trottinettes électriques sont comptabilisées et mises à disposition dans les rues de Paris.

Du côté durable et citadin

Les bienfaits écologiques

C’est pour cela que de nombreux conducteurs basculent vers des solutions de mobilité verte afin de réduire leur empreinte carbone. Peu encombrantes, à priori peu polluantes et assez rapides. Pour de gagner du temps en ville sans vraiment d’effort, les trottinettes et vélos électriques se présentent comme de bonnes alternatives aux transports classiques. La trottinette électrique ne pollue pas durant son usage. En effet, elle n'émet aucun CO2, ni substances polluantes, sauf quelques particules lors du freinage. L’émission se produit donc à partir de la phase de charge de la batterie. Par conséquent, la trottinette devient polluante pendant le repos. Cependant, cela reste incomparable avec la quantité de carbone pouvant être rejetée dans l’air par les voitures, motos … Une voiture émet en moyenne 132g CO2/km contre 0,11g CO2/km pour une trottinette électrique.

Peut être pas si écologique que cela en fin de compte …

Depuis le développement soudain de ces nouveaux modes de transports électriques, les transports en communs sont de plus en plus délaissés. Le bilan du point de vu écologique est mitigé. Tout d'abord, on peut citer les moyens de transports en commun (RER, métro, bus …) que remplace la trottinette free floating, qui seraient en réalité plus durables qu’elle. En effet, le concept des transports en commun permettent d’atténuer à plusieurs le taux d’emprunt de carbone. Le métro et RER émettent environ 0,01kg CO2/km par passager contre 0,11 CO2/km. Cet aspect moins « vert » est différent pour les propriétaires des trottinettes qui eux réalisent du multimodal. En effet, ils combinent l’utilisation des transports et leur trottinette. Souvent utilisées pour se déplacer en gare, ou lors de grève afin d’évité d’utiliser leur voiture.

La gestion des villes

Pour garder en place ce mouvement écologique la ville de Paris a mise en place des aides de mobilité. L’objectif est de soutenir en priorité la mobilité des personnes les moins favorisées et les personnes les plus fragiles (les personnes à mobilité réduite) :
- Acquisition d’un vélo à assistance électrique (VAE). Le montant de l’aide est fixé à 33 % du prix d’achat HT du véhicule avec un plafond de 400 €

- Acquisition d’un dispositif permettant de transformer un vélo sans assistance électrique en vélo avec assistance électrique.
- Souscription à un abonnement annuel permettant de stationner un vélo de façon sécurisée. Le montant de l’aide est fixé à 50 % du coût annuel de l’abonnement avec un plafond de 100 €.
Mais encore de nombreuses aides disponibles sur ce site : Aides à la mobilité
Le gouvernement français a mis en place des dispositifs d’aides personnalisées dans l’intégralité du territoire, elles sont disponibles sur ce site : Aides françaises à la mobilité
Les 12 grandes villes de France ont des objectifs durables sur le long terme, tous regroupé dans ce document Objectifs durables des 12 grandes villes de France