L'impact du couvre-feu sur la mobilité en agglomération

Le 10.02.2021

Depuis la fin de l’année 2020, la France est soumise à un couvre-feu.

D'abord fixé de 20h à 6h du matin dans certaines régions, il a été généralisé à 18h sur tout le territoire.

Le but de ce couvre-feu ? Limiter la propagation du virus dans le pays. Traditionnellement, l’heure de pointe francilienne se situe dans un créneau de 17h à 19h30, entraînant ainsi les rushs habituels sur les quais et les embouteillages sur le chemin du retour. Désormais il faut s’organiser pour rentrer plus tôt, tous en même temps.

Des horaires réorganisés pour tous

Pour répondre à l’hyper pointe, tout le monde s’est réorganisé. A commencer par la RATP qui a adapté son offre pour que, dès 15h30, il y ait plus de transports disponibles afin d’anticiper l’affluence de fin de journée. Île-de-France Mobilités confirme que les effets du couvre-feu se font sentir ; « Il y a en moyenne 50% de personnes en moins sur l'ensemble de la journée » affirmaient-ils au Figaro.

Du côté des travailleurs, même si une attestation les autorise à circuler au-delà de 18h, la plupart des employeurs proposent des horaires aménagés quand cela est possible. Mais malgré cet effort collectif, on constate encore des dysfonctionnements.

Un sur-contrôle à partir de 18h

La mise en place de ce couvre-feu génère de nouveaux embouteillages à des horaires inédits sur nos routes. Ainsi, les automobilistes même en ayant anticipé leur trajet se retrouvent bloqués dans les embouteillages et surpris par des contrôles de police. Des contrôles qui ne cessent d’augmenter puisque le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annonçait au début du mois une « augmentation de plus de 30 % » de ces contrôles afin de lutter contre l’épidémie.

Un "contre-effet" des mesures ?

Sur les quais du métro/RER/train aussi, le retour avant 18h est difficile. Étant donné que les sorties de bureau sont identiques pour tous, il y a beaucoup plus d’affluence dans les gares. Par ailleurs, les quais parfois saturés et les wagons remplis empêchent le respect des règles de distanciation sociale contre la COVID19. Selon les chiffres du gouvernement, la mise en place du couvre-feu a eu l’effet souhaité ; il y a une légère baisse des contaminations. Mais ce couvre-feu, à la base temporaire, s’ancre dans le quotidien des français et pourrait avoir des effets contreprodutifs.